Troisvierges, Eglise St-André

Monument classé

Le culte des Trois Vierges Fides (Foi), Spes (Espérance) et Caritas (Charité), filles de ste Sophie, mortes pour leur foi vers 130 ap. J.C. remplace certainement la vénération de trois divinités païennes.

Les 3 vierges
Les trois vierges

En 1630, Godefroy d’Eltz et de Clervaux et son épouse Dorothée de Raville font don de la chapelle des Trois-Vierges, mentionnée avec certitude en 1489, aux Franciscains pour qu’ils assurent l’accueil des nombreux pèlerins. Les religieux se lancent dans la construction d’un couvent. Dix ans plus tard, ils commencent à bâtir l’église achevée en 1658. Le clocher date de 1924.

L’intérieur impressionne par la richesse de son décor baroque. Le long des murs latéraux sont placés les confessionnaux et la chaire de vérité.

Ext
Eglise Saint André

Les autels latéraux en faux marbre comme le maître-autel, sont reliés entre eux par un petit portail sculpté surplombé d’un calvaire. Le retable gauche abrite les effigies gothiques des trois vierges (copies). Le grand tableau central placé au-dessus du tabernacle monumental constitue une copie d’après Rubens.

int
Eglise Saint André - L'autel

Les stations du chemin de croix datent de 1759/60. Le couvent est supprimé en 1796, l’église devient paroissiale en 1804.

Bibliographie :

  • Heinen J., Ulflingen - Ëlwen - Troisvierges, in Heimat & Mission 1983, 3
Dernière mise à jour