Hielepaart à Luxembourg

Hielepaart à Luxembourg - réaffectation de la Porte du Grünewald en bureaux pour le Musée Dräi Eechelen

«…à nouveau au service du Gibraltar du Nord…»

©Bohumil KOSTOHRYZ boshua

Les débuts de cet ouvrage militaire qui est la Hielepaart, remontent aux temps après la prise de la ville par les Français en 1684. Aussi dans le cadre de l’optimisation de la forteresse, l’ingénieur militaire Vauban planifie l’intégration du Pfaffenthal. La vallée de la Hiel va ainsi être barrée par des courtines remontant vers les nouveaux forts Nieder- et Obergrünewald. La porte du Grünewald ou Hielepaart va être construite en 1685 au fond de la petite vallée latérale à celle du faubourg. Durant les années de 1837-39, les Prussiens ajoutent un étage à l’ouvrage et lui confèrent sa forme actuelle. Dans le cadre du démantèlement de la forteresse, la Hielepaart fut épargnée tandis que les murs remontant sur les hauteurs ont été démolis. La porte a par après été aménagée comme logement pour le responsable des Domaines de l’Etat. Différentes nouvelles prises de lumière en façades et des agencements intérieurs ont alors été réalisés. Des interventions plus tardives ont encore eu lieu au courant du XXe siècle lorsque le bâtiment servait comme logement social.

Aujourd’hui l’ancienne porte de ville retourne avec sa nouvelle occupation au service de la forteresse. Elle va en effet servir comme bâtiment administratif pour le Musée Dräi Eechelen et son Centre de documentation sur la forteresse de Luxembourg, situé non loin sur les hauteurs dans le réduit de l’ancien Fort Thüngen.

Au début de ce projet de reconversion, un important travail de sondages et de délestage intérieurs était nécessaire. Après détection des différentes structures et finitions historiques, il fut décidé de sauvegarder non seulement les strates du temps de la forteresse, mais de conserver également les aménagements de valeur survenus par après.Une énorme recherche d’intégration, respectueuse des nouvelles infrastructures et des mesures de compartimentage, était nécessaire. Au lieu de démolir une dalle plus récente en béton armé sans intérêt majeur et située entre rez-de-chaussée et rez-de-jardin, il a été tiré profit de ce plateau intermédiaire pour y installer des locaux sanitaires et de service tout en lui conférant une identité contemporaine.

L’ancien ouvrage militaire offre aujourd’hui un espace d’accueil, cinq bureaux et une salle de réunion. L’architecture intérieure des différents niveaux se définit par la conservation et la remise en valeur des éléments et finitions historiques. Différents aménagements nouveaux contrastent d’une manière évidente mais harmonieuse avec l’ancien. Ceci vaut aussi pour l’intervention majeure qui a été réalisée avec l’installation d’un nouvel escalier en acier reliant les deux derniers niveaux. Du côté extérieur on remarque surtout le nouveau châssis installé auprès de l’ancienne porte donnant jadis sur le chemin de garde du mur qui montait vers les hauteurs du Obergrünewald.

©Bohumil KOSTOHRYZ boshua
©Bohumil KOSTOHRYZ boshua
©Bohumil KOSTOHRYZ boshua
©Bohumil KOSTOHRYZ boshua

Dernière mise à jour